SEPTEMBRE 2022 (Cycle Homelab)

Aurore SALOMON

Carnet d’impressions

Aurore SALOMON est notre première artiste à venir inscrire un début de corpus sur la vie au quotidien dans cet objet mobile et modulaire.
Elle a choisi de remplir un carnet fait de différents dessins et aquarelles posant des moments de sa vie à bord et d’instants saisis en compagnie d’invités.
L’artiste saisi aussi les lumières du matin sur la ligne d’horizon de l’Étang de Berre en quelques aquarelles.

« La lumière fait l’image, dans le sens de la reproductibilité qu’autorise la lithographie ; images du barrage, des ciels, des façades. Elle est d’autant plus vibrante que la technique lithographique engendre, par les défauts de calages, des effets optiques puissant. Ceux-là mêmes qui furent exploités par les impressionnistes, les pointillistes et les alchimistes de la photographie holographique comme Man Ray ou Raymond Hains. Brouiller l’image pour mieux la voir. »
[…]

La nuit, Aurore continue ses parcours et ses saisies. La lumière est autre, plus dense, épaisse dans les noirs, fébrile dans les ombres. Saisir la nuit, peut-être les ténèbres, évoque les travaux d’Odilon Redon. Ici, le symbolisme ne se figure pas dans la représentation humaine ou animale, mais dessine un possible récit onirique. Aurore évoque une présence dans la simple et si prégnante possibilité, que le spectateur a de construire un récit porté, entres autres, par les rendus graphiques. »

Christian Garcelon, 2020
Christian Garcelon est historien de l’art, commissaire. Il enseigne à l’université et dans les écoles supérieures d’art.

Dessin ©Aurore Salomon
Dessin ©Aurore Salomon
Dessin ©Aurore Salomon

JUILLET 2022 (Cycle du marais…)

Suite et fin (provisoire) de Plastigo

Résidence : Tétrodon juillet 2022 :
Souad MANI assisté de Romain PAPION
dans le cadre du projet Plastigo ←

Patrycja PLICH, artiste plasticienne (Poznan, Pologne) Souad MANI, artiste transmédia (Sousse, Tunisie), assisté de Romain PAPION, artiste technicien développement numérique (Nante, France) Christophe GALATRY, photographe, vidéaste (Marseille, France) Philippe AUTRIC, vidéaste (Marseille, France)
Projet : Plastigo

Un court extrait de States de l’incertitude dans le cadre du projet Plastigo ©Souad MANI 2022

MAI – DÉCEMBRE 2021

Patrycja PLICH, artiste plasticienne (Poznan, Pologne) Souad MANI, artiste transmédia (Sousse, Tunisie), assisté de Romain PAPION, artiste technicien développement numérique (Nante, France) Christophe GALATRY, photographe, vidéaste (Marseille, France) Philippe AUTRIC, vidéaste (Marseille, France)
Projet : Plastigo

Résidences : Ville de Martigues juillet 2021 :
Patryjca PLICH
Christophe GALATRY
Romain PAPION

Genèse du projet Plastigo ici

Thème : Sur la question des sols en rapport à l’Anthropocène.
Programme de recherche artistique sur deux années développé par quatre artistes dont deux artistes étrangères invitées par l’association par ce passage, infranchi en résidence dans le Tétrodon.
Ce projet de recherche et d’installations s’appuie sur la relation directe entre objets performatifs artistiques et techniques, et leurs positionnement sur les lieux même de leur conception. Autrement dit interventions d’objets visibles dans des espaces extérieurs in situ.
Projet collaboratif, un quatrième artiste, Philippe AUTRIC, propose une installation vidéo révélatrice de représentations historiques et des risques industriels.
La situation géographique du dispositif spatio-temporel, se compose de trois « spots » répartis formant un triangle dont deux composent la base de celui-ci : entre le Golfe de Fos et l’Étang de Berre. Le sommet du triangle, le troisième spot se situe au nord, à Rassuen.
La partie installation se divise en deux éléments.
D’une part la forme subjective et physique traduite par la création de balises et fanions imprimés d’éléments graphiques, photographiques, ainsi que d’éléments récoltés sur place et transformés en autant de sculptures créés par Patrycja PLICH et Christophe GALATRY. Une visualisation verticale par drone complète une vision des installations. D’autre part la mise en place de dispositifs et d’outils de mesures de certains composants du sol et de l’air dont les signaux seront re-mixés et transformés en formes sensibles, le tout relayé à distance au cours de performances réalisées par Souad MANI assisté de Romain PAPION (développeur).
Chacun des trois spots développe ses propres interrogation.
Projet soutenu par la Ville de Martigues.

Différents drapeaux imprimés sur tissus et toiles
Patrycja Plich & Christophe Galatry
Hauteur 160cm largeur : 80cm
Planche de travail sur les installations des spots Patrycja Plich & Christophe Galatry
Vidéo : ‘Cérémonie’ de Philippe Autric

Juin 2022 (Cycle Homelab)

Stefan EICHHORN
Projet : Démarrage d’une étude sur une couverture / protection ombrière du Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Stefan EICHHORN artiste plasticien. (Marseille)

Restitution en octobre lors des journées de l’architecture

Résidences au Tétrodon de Martigues

Le Tétrodon, qu’est-ce que c’est…


Résidences 2022 – Automne

SEPTEMBRE (Cycle Homelab)


Aurore SALOMON
Projet : Paysages, le jour et la nuit, sur les bords de l’Étang de Berre et dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Aurore SALOMON artiste plasticienne, peintre. (Le Monêtier les Bains)


Résidences 2022 – Printemps, Été

JUIN (Cycle Homelab)

Stefan EICHHORN
Projet : Démarrage d’une étude sur une couverture / protection ombrière du Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Stefan EICHHORN artiste plasticien. (Marseille)

Restitution en octobre lors des journées de l’architecture

JUIN (Cycle Homelab)

Lorraine THOMAS (résidence annulée)
Projet : Récit, une histoire se trame dans le Tétrodon à travers des personnages…À suivre bientôt
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Lorraine THOMAS artiste plasticienne. (Marseille)

JUILLET (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Souad MANI
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Souad MANI artiste trans-média. (Sousse). Voir son travail ici

Projet : Dans le cadre du projet PLASTIGO (2020-2022 voir ci-dessous), l’artiste filme la nuit différents spots ‘critiques’ de la ZIF (zone industrielle de Fos).

Projection et rencontre avec l’artiste, le samedi 9 juillet au Théâtre de verdure, juste à côté du Tétrodon.
Base nautique de Martigues à Tholon à partir de 21h


Résidences 2021 :

NOVEMBRE (Cycle Homelab)

Nicolas MÉMAIN
Projet : Écriture d’une opérette dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Nicolas MÉMAIN, marcheur, et montreur d’ours en béton. (Marseille)

Écriture d’une opérette chanté par l’artiste lors d’une promenade autour du Tétrodon avec le public. L’artiste conçoit cette opérette à partir des différents éléments et détails de la vie quotidienne vécu dans le Tétrodon et aux alentours de celui-ci. Lire ici


OCTOBRE (Cycle ‘Du marais à l’acier…et après?)

Jeff SILVA
Projet : Écriture d’un projet de film
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Jeff SILVA, artiste plasticien. (Marseille)

Écriture d’un projet de film sur la mémoire sensorielle des habitants de Martigues et de la ZIF. Cette première résidence va permettre à l’artiste de solliciter une une seconde résidence de réalisation en 2022.


OCTOBRE (Cycle Homelab)

Stefan EICHHORN
Projet : Comment bien dormir dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Stefan EICHHORN artiste plasticien. (Marseille)

Stefan Eichhorn projette l’agrandissement de l’aménagement intérieur, par une création/extension des couchettes. Il va expérimenter dans l’esprit de l’architecte Annie Tribel, en respectant la simplicité originelle de l’intérieur du Tétrodon et tout en s’inspirant de l’architecture de science-fiction fictive. Les interventions consisteront principalement en tissu et en mousse.
Suite …


MAI – DECEMBRE (Cycle ‘Du marais à l’acier…et après?)

Patrycja PLICH, Souad MANI, Romain PAPION,
Christophe GALATRY, Philippe AUTRIC
Projet : Plastigo
Résidences : Ville de Martigues

Thème : Sur la question des sols en rapport à l’Anthropocène.
Programme de recherche artistique sur deux années développé par quatre artistes dont deux artistes étrangères invitées par l’association par ce passage, infranchi en résidence dans le Tétrodon.


NOVEMBRE 2021 (Cycle Homelab)

Canto Pérette par Nicolas Mémain, lors de sa balade publique du 18 nov, autour du Tétrodon

Nicolas MÉMAIN
Projet : Écriture d’une opérette dans le Tétrodon
Titre : Canto Pérette
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Nicolas MÉMAIN, artiste marcheur, urbaniste rigolo. (Marseille)
Avec le relais actif du Bureau des Guides

Canto Pérette, ‘chanté’ et composé par Nicolas lors de sa résidence dans le Tétrodon :

c5257 iveco
7306 citaro
c5303 iveco

départ cv club de voile


chanson des boîtes et du plastique
conteneurs modules bacs coques moulées rotomoulees
du metal et du plastique cv pêcheurs libres stockage restaurant  ravalement isolation des roues ça bouge c’est mobile
papimobile


puis les chênes et le fossé 


probable tronçonneuse 


puis l’architecture maison vénitienne truc des sports classique arcs hublots des maisons toits en tuile sur la colline
et Langevin grande barre aux mille yeux las
bleuté de l’ombre pastille rouge accès pompier carrés blancs des plafonniers 
mille innocences froides 
le subtil vibrato des enduits de l’ite isolation thermique par l’extérieur
 
le spectre de la claustra de la cage d’escalier à la composition géométrique savante d’aléatoire devenue fantomatique derrière les panneaux sandwich de polycarbonate 

puis le bosquet d’yeuses
la terre à champi 
le chantier ite
les piles de panneaux de laine de roche 


la clairière moussue 


les arbousiers jardin des délices 


la piste d’athlétisme dans l’axe de la Sainte Victoire
re les maisons romaines plus visibles dont celle du gardien 
sapin cyprès peuplier jaune un paravent 

perméabilité du lycée parking arrière logements de fonction
Raoul Rioualla
voir la clé si ça reste ouvert trop longtemps 
alors le proviseur sera pas contents


où Arthur Rimbaud croise Alexander Fleming

le carrefour
ses feux ses haricots mon coeur mon foie ma thyroïde 

glissière béton armé 4 morceaux la petite elle n’est pas continue
elle l’était les joints sont comme coupés au fil à beurre

traversée 
début des lignes de micocoulier
devant la caisse d’épargne les crassulae en plaque 
les lampadaires sagem couleur champagne 

la piste cyclable déviant la déviance 

glissière béton armé continue 

on va expérimenter ce que font les gamins
oh la la c’est dangereux 

glisse hier, bête, ton armée continu 

allée Pablo Neruda
fin des plantations aménagées 
fauche partielle sol d’enrobé 
des pins au hasard en sortent

la pré pinède puis la pinède 

un monstre, l’énorme rouge gorge auchan au ras des arbres 
au sommet, tout est là 
les 2 hangars boite au toit incliné 
tourret de vallier figuerolle
auchan dans les arbres 
parking du macdo
les poubelles manche à air ce qui reste de Corbu
la ligne de toit du macdo
canto bout de psr
le colimaçon 

la serre à enfants 

poème des voitures en ligne au drive le dimanche aprèm 

on se retourne
l’écureuil de la caisse d’épargne se tient loin du monstrueux rouge gorge 

contemplation de la pinède en ville
c’est quoi une forêt urbaine?
il y a une vieille borne à incendie dans celle là 

chanson de oui c’est toi la plus belle, Martigues 
Aix est arrogante 
Istres a mauvais goût 
Arles n’est pas dans la métro 
c’est toi la prolétaire dotée par la providence 
un exemple d’urbanisme moderne intelligent 

on va expérimenter ce que font les gamins oh la la c’est dangereux 
les groupes s’y divisent 
les deviants se moquent des réguliers 
en fait y tchèquent qu’y a pas d’auto 

glissière béton armé continue 
tu m’a déjà enquiquiné il y a longtemps je me rappelle là bas chemin de tholon

une forme qui crée son problème 

la fabrique Gustave et Félix 
on se rapproche
modèle économique 
boite habillée vintage
fantasme de l’atelier de l’usine 
brooklynisation

rentrer sortir
la respiration malade du frigo vitrine s’en abstraire
un vrai décor vintage avec souci des épidermes
à droite tôle ondulée avec patine
faux voutains au plafond posés sur lignes de leds
au fond photo de mur d’usine fougères en plastique 
carrelage carreaux de ciment peint 
parquet imprimé fausses lames de bois marquées de consignes au pochoir, de tags

la prof de sport l’autre jour une fille qui s’est tordue la cheville les pompiers sont venus
tu nous fait chier avec ton tatouage 
elle m’a mis des mnms j’avais pas demandé 

on traverse

les micocouliers pleuvent le jaune comme les cerisiers le rose

chanson des bus 22 et 25

parking des autocars
récit des ramassages
murs et sol au banc à l’entrée
 
le parking tholon
l’ancien chemin
la ville romaine

chanson de la canette de minute maid et du gobelet eau by macdo sur l’air du froid

fontaine de l’arc et bassins au fond de béton hydraulique 
bruit des vagues

peut-être oui c’est toi la plus belle 

mon projet de pont ferroviaire à grande vitesse 

chemin des oliviers une graine de fenouil 
jardin du gardien descente des pistachiers

le tétrodon
le seul poisson finalement 

analogie du tgv

Nicolas Mémain – 2021

Balade Canto Pérette – Nicolas Mémain 2021
Extraits vidéo de la balade du jeudi 18 novembre 2021

OCTOBRE 2021 (Cycle Homelab)

‘Comment bien dormir dans le Tétrodon’ conception des mousses banquettes

Stefan EICHHORN
Projet : Comment bien dormir dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)


Stefan EICHHORN artiste plasticien. (Marseille) (En savoir plus sur le travail de l’artiste)

Stefan Eichhorn projette l’agrandissement de l’aménagement intérieur, par une création/extension des couchettes. Il va expérimenter dans l’esprit de l’architecte Annie Tribel, en respectant la simplicité originelle de l’intérieur du Tétrodon et tout en s’inspirant de l’architecture de science-fiction fictive. Les interventions consisteront principalement en tissu et en mousse.



Le Tétrodon

Le Tétrodon de 30pieds à MARTIGUES

L’aventure du Tétrodon de 30 pieds démarre avec Sauf…(territoires) un projet de l’association par ce passage, infranchi. Une exploration des territoires de l’Étang de Berre au Golfe de Fos, entre habitats, industries et nature.
L’association accepte de recevoir pour un euro symbolique en décembre 2011 cet habitat mobile et modulaire, identifié à Fos-sur-Mer comme étant un Tétrodon par l’architecte historien Thierry DUROUSSEAU, le dernier dans la région. Ce Tétrodon est issue d’une commande de la SONACOTRA en 1972 de 32 modèles de 6 mètres afin de loger les travailleurs construisant l’usine sidérurgique de SOLMER (Arcelor Mittal) sur la commune de Fos. Ce modèle-ci de 10 mètres est le seul issue de cette commande.
L’association décide de le rénover afin d’en faire son projet phare, un lieu pérenne destiner à accueillir des visiteurs, des artistes tel un laboratoire périurbain. L’idée de le situer le long du GR2013 s’impose alors au moment où l’association participe en 2013 à Marseille Capitale Européenne à la Culture et contribue à la réalisation de ce premier GR périurbain. Il est labellisé ‘Architecture contemporaine remarquable’ par la DRAC PACA en 2012, et devient propriété de la Ville de MARTIGUES à la fin de sa rénovation en 2019 et sa donation par l’association en 2021.

Voir le blog du Tétrodon de 30pieds, le récit de sa rénovation :

http://www.passage-infranchi.org/blog/

Tétrodon sur la base-vie du Mas de L’Audience en 1972 – Fos-sur-Mer

En 1971, au sein de l’AUA, le décorateur Jacques Berce imagine répondre à la demande croissante d’habitation de loisir en inventant une unité modulaire et transportable, produite industriellement. Avec l’aide de l’architecte Henri Ciriani, il définit le principe : une ossature de conteneur standard équipée de coques en plastique.. Insérées dans le volume du conteneur pour le transport, les coques sont retournées et montées en saillie sur le terrain, complétées avec divers éléments de façade. Comme son éponyme, le poisson-globe connu au Japon sous le nom de Fugu, le Tétrodon enfle au point de faire oublier son volume initial. Transportables par eau, par fer ou par route, mis en place sur leur fondations par des grues légères, les Tétrodons pouvaient être assemblés de multiples manières.
L’industriel Barbot expose en 1972 un prototype dans la cour du Louvre, après que Berce en a breveté le principe, et engage l’année suivantes production, après qu’Annie Tribel a affiné la conception des coques, les rendant confortablement habitable. Les quelque 1000 unités produites en 1978, trop coûteuses pour les particuliers, furent utilisées entre autres pour un village de vacances en Gironde et pour des habitats temporaires, de Fos-sur-Mer à Mururoa, en passant par l’Irak.


2012 – 2018

La rénovation : Recherche de financements et travaux
Maîtrise d’œuvre : Olivier BEDU – Struc Archi

AVEC : Le Département 13, La Fondation du Patrimoine, La DRAC PACA,
Entreprise FLUXEL, La ville de Martigues,
Transport GARONNE

Premier relevé photographique de Philippe PIRON – juillet 2011
Fichaffiche du CAUE 2015

2019
Le Tétrodon de 30 pieds tel qu’il est agencé se positionne sur une plate forme dans la partie Sud de la Base Nautique de Martigues. Cette partie Sud forme une petite pointe avancée et ferme une minuscule anse orienté Nord-Est / Sud-Ouest. Afin d’avoir le maximum d’ensoleillement dans le Tétrodon et d’offrir au visiteur une vue maximale lorsqu’il sort de celui-ci il convient de placer l’entrée principale face Étang de Berre avec une vision 180° sur l’Étang dans sa partie Sud. Ainsi la baie vitrée est face à l’anse, orienté Sud-Est et donc protégé des intempéries tels que le Mistral et le froid du Nord. De plus celle-ci offre aussi une vue intéressante sur le bord côtier et le chemin GR2013
http://www.gr2013.fr/
Les coques chambres sont donc dirigé dans un axe Nord-Ouest / Sud-Est et la coque sanitaire côté Nord- Est. L’entrée usuelle s’effectue par la monté d’une rampe côté Sud-Ouest accédant au deck en bois devant l’entrée principale bien ensoleillé et face à l’Étang reçoit un maximum de lumière et doit être protégé en été par une ombrière type toiles de couleurs tendues. La porte secondaire donne côté nord-Ouest et est pourvue d’une coursive dans la continuité du deck entourant le Tétrodon.

Schéma d’installation sur la base nautique de Martigues en 2019

2021

RÉSIDENCES ARTISTIQUES
Espace habitable et de travail, il offre à des artistes un lieu de résidence leur permettant de mener une production. Ces résidences peuvent être élargies à l’accueil d’experts, une sorte de laboratoire des territoires.
Prenant en compte la complexité de l’Ouest Berre et Golfe de Fos et ses enjeux que l’association explore : industrie / habitat / environnement. ‘par ce passage, infranchi’ souhaite développer une direction de résidences basée sur des interactivités en binômes type : chercheur /artiste, dont les axes de productions s’appuient sur des thématiques croisées : #mémoires #industries ou #habitat #patrimoine. Le Tétrodon devient base vie, départ de promenades et permet d’être présents sur le terrain dans des conditions idéales d’immersion face à l’Étang de Berre.

Photo ©P.Piron 2020