Résidences au Tétrodon de Martigues


Résidences 2024

AVRIL (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Christopher ALEXANDER
Artiste – plasticienne, performeuse et poète (Marseille)
‘L’adresse poétique : êtres-humains – êtres-oiseaux en Méditerranée’


AVRIL (Cycle Homelab)

Nicolas MÉMAIN
Urbaniste gonzo, artiste marcheur (Marseille)
‘L’Opérette martéguale suite’


MAI (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Sibylle DUBOC
artiste photographe. (Marseille)
`Les fossiles pétrochimiques du site d’Étang de Berre : une archéologie à rebours` suite


JUIN (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Camille GOUJON
Réalisatrice. (Marseille)
‘Bons baisers de l’Étang de Berre’


JUIN (Cycle Homelab)

Pauliina SALMINEN
photographe et vidéaste. (Marseille)
‘Autofocus’


JUILLET (Olympiade culturel)

Yan MADÉ
dessinateur. (Martigues)
‘Assis sur le quai de la BD’


SEPTEMBRE (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Mike BULLOCK
artiste sonore (Boston)
‘Éphémérosphères de…’


SEPTEMBRE (Cycle Homelab)

Esther SALMONA
artiste poétesse, performative. (Hautes-Alpes)
‘Quant à la lumière’


OCTOBRE (Cycle Homelab)

Olivier DOMERG & Brigitte PALAGGI,
écrivain poète. Photographe (Martigues). (Martigues)
‘BERRE AUX PETITS PIEDS’
Étang de Berre : resserrer la focale paysagère


Résidences 2023

Le samedi 14 octobre à eu lieu la Fête du Tétrodon et une rencontre avec tous les artistes 2023 présents
lors des Journées de l’Architecture.

NOVEMBRE (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Fabrice FRIGOUT
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Fabrice FRIGOUT, artiste marcheur, paysagiste. (Toulouse)


OCTOBRE (Cycle Homelab)

Esther SALMONA
Projet : VISER
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Esther SALMONA, artiste plasticienne, poétesse. (Manosque)


OCTOBRE (Cycle Homelab)

Nicolas MÉMAIN
Projet : Écriture d’une opérette dans le Tétrodon (suite de 2021)
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Nicolas MÉMAIN, marcheur, et montreur d’ours en béton. (Marseille)


SEPT (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Sibylle DUBOC
Projet : “Les fossiles pétro-chimiques du site d’Étang de Berre
une archéologie à rebours”
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Sibylle DUBOC photographe plasticienne. (Marseille)


AOÛT (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Virginie ROCHETTI
Projet : Nourrir, nettoyer, habiter
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Virginie ROCHETTI artiste plasticienne. (Montreuil sous Bois)


AOÛT (Cycle Homelab)

Émilie ALLAIS
Projet : Disparition(s)
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Émilie ALLAIS artiste photographe plasticienne. (Marseille)


JUILLET (Cycle Homelab)

Pauliina SALMINEN, (Collectif Deux bis)
Projet :
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Pauliina SALMINEN artiste plasticienne, vidéaste. (Marseille)


Résidences 2022

OCTOBRE (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Jeff SILVA
Projet : Réalisation d’un film
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Jeff SILVA, artiste plasticien. (Marseille)


OCTOBRE (Cycle Homelab)

Nina ALMBERG
Projet : Écriture d’une histoire
Résidence : La MARELLE + Tétrodon (Martigues)
Nina ALMBERG, autrice. (Bretagne)

Par ce projet d’écriture, Nina Almberg retrace un épisode de l’histoire de Mario Marret. Militant anarchiste, résistant, explorateur, engagé dans tous les combats de son époque, qui décide de construire, chez lui, à Rustrel, le bateau de la liberté.


SEPTEMBRE (Cycle Homelab)


Aurore SALOMON
Projet : Paysages, le jour et la nuit, sur les bords de l’Étang de Berre et dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Aurore SALOMON artiste plasticienne, peintre. (Le Monêtier les Bains)


JUIN (Cycle Homelab)

Stefan EICHHORN
Projet : Démarrage d’une étude sur une couverture / protection ombrière du Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Stefan EICHHORN artiste plasticien. (Marseille)


JUILLET (Cycle Du marais à l’acier…et après?)

Souad MANI
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Souad MANI artiste trans-média. (Sousse).
Voir son travail ici

Dans le cadre de PLASTIGO (2020-2022 voir ci-dessous), l’artiste filme la nuit différents spots ‘critiques’ de la ZIF (zone industrielle de Fos).


Résidences 2021 :

NOVEMBRE (Cycle Homelab)

Nicolas MÉMAIN
Projet : Écriture d’une opérette dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Nicolas MÉMAIN, marcheur, et montreur d’ours en béton. (Marseille)

Écriture d’une opérette chanté par l’artiste lors d’une promenade autour du Tétrodon avec le public. L’artiste conçoit cette opérette à partir des différents éléments et détails de la vie quotidienne vécu dans le Tétrodon et aux alentours de celui-ci. Lire ici


OCTOBRE (Cycle ‘Du marais à l’acier…et après?)

Jeff SILVA
Projet : Écriture d’un projet de film
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Jeff SILVA, artiste plasticien. (Marseille)

Écriture d’un projet de film sur la mémoire sensorielle des habitants de Martigues et de la ZIF. Cette première résidence va permettre à l’artiste de solliciter une une seconde résidence de réalisation en 2022.


OCTOBRE (Cycle Homelab)

Stefan EICHHORN
Projet : Comment bien dormir dans le Tétrodon
Résidence : Tétrodon (Martigues)
Stefan EICHHORN artiste plasticien. (Marseille)

Stefan Eichhorn projette l’agrandissement de l’aménagement intérieur, par une création/extension des couchettes. Il va expérimenter dans l’esprit de l’architecte Annie Tribel, en respectant la simplicité originelle de l’intérieur du Tétrodon et tout en s’inspirant de l’architecture de science-fiction fictive. Les interventions consisteront principalement en tissu et en mousse.


MAI – DECEMBRE (Cycle ‘Du marais à l’acier…et après?)

Patrycja PLICH, Souad MANI, Romain PAPION,
Christophe GALATRY, Philippe AUTRIC
Projet : Plastigo
Résidences : Ville de Martigues

Thème : Sur la question des sols en rapport à l’Anthropocène.
Programme de recherche artistique sur deux années développé par quatre artistes dont deux artistes étrangères invitées par l’association par ce passage, infranchi en résidence dans le Tétrodon.


Aurore Salomon du marais à l'acier Emilie Allais Esther Salmona Fabrice Frigout homelab Jeff Silva Martigues Nicolas Memain Nicolas Mémain Nina Almberg Pauliina Salminen photographie Plastigo projet artistique promenades PCPI Sibylle Duboc Souad Mani stefan Heichhorn Trek tétrodon Virginie Rochetti ZIF

Promenades PCPI 2024



Quand viendra le printemps ?

De la gare de La Couronne – Caro à celle de Martigues – Lavera.

Crédits Photos : C.Galatry – S.Mariat – Dessins : S.Mariat

Promenade en deux temps. La première partie qu’on pourrait désigner par ‘les Antiques’ nous donne à voir un aperçu des carrières du IIe siècle AV J.C jusqu’au IIIe siècle de notre aire. Celle que nous visitons, Les Auffans ouverte elle aussi au IIe siècle AV J.C jusqu’au XIXe siècle. En 1951 une entreprise effectue un relevé des pierres enlevées pour la restauration du Vieux port de Marseille. Cette dernière carrière encore active jusqu’en 2009 et destinée depuis le 19eme siècle à la restauration du patrimoine marseillais.

Nous montons toujours après cette pause au milieu de cette carrière des Auffans, en traversant une garrigue assez dense et quelques épineux ou cactus échappés des jardins pour arriver sur les premières traces de la seconde guerre mondiale et ses batteries de l’armée allemande. Casemates reste essentiellement le béton et ses coffrages encore parfois intactes 80 après leur construction. Évocation du livre de Paul Virillio.

Jouir du paysage maritime embrassant toute la côte bleue jusqu’à l’embouchure du Rhône c’est aussi jusqu’au XIIXe siècle contrôler et communiquer tout mouvement maritime à l’aide d’un système de fumées et feux (la nuit) côtier entretenus permettant une circulation des signaux depuis la côte Ligure jusqu’aux côtes Catalanes. Les Farots.

Gagner le vallons de Cavalas puis descendre celui de la Crotte pour passer sous la voie de chemin de fer et déboucher dans le hameau Les Cléments qui jouxte la centrale thermique de Ponteau.

Sommet du Gros Mourre et sa table d’orientation. Fin de la promenade avant de reprendre le train à la gare de Martigues – Lavera.

Depuis le sommet du Gros Mourre et sa table d’orientation en carrelages peint,une des vues les plus saisissantes du chenal de Caronte de son extrémité ouest, Port de Bouc à son raccordement à l’Étang de Berre à l’est.


Aurore Salomon du marais à l'acier Emilie Allais Esther Salmona Fabrice Frigout homelab Jeff Silva Martigues Nicolas Memain Nicolas Mémain Nina Almberg Pauliina Salminen photographie Plastigo projet artistique promenades PCPI Sibylle Duboc Souad Mani stefan Heichhorn Trek tétrodon Virginie Rochetti ZIF

Programme balades PCPI 2024

Programme 2024

La Crau février 2024 ©C.Galatry

Inscriptions ouvertes  (contribution de 10€ la promenade, sauf  si vous avez souscris à la cotisation annuelle donnant droit à l’ensemble des promenades). Programme complet à venir.
Seule l’inscription à la balade ‘Aussi loin que porte notre regard‘ nuit du 22 – 23 juin, est ouverte.



Les mas de la Crau humide
Avec Marc Del CORSO, géographe
Dimanche 21 Avril

De mas en mas



Istres, lumières nocturnes au dessus de l’Étang de Berre. En compagnie de Christophe GALATRY
Avec un atelier dessins animé par Sébastien MARIAT

Aussi loin que porte notre regard

Nuit du 22 – 23 Juin



Crassier d’ArcelorMittal
Avec Alexandre Gatineau, responsable environnement d’ArcelorMittal
Dimanche 8 septembre

Montagne et matériaux


Discontinuité de bords d’étang
Vitrolles

Gare de Vitrolles à gare de Rognac
Avec Xavier MOIROUX, économiste à l’AGAM
Dimanche 21 Mai

Près de 30 ans après les premiers projets de sentiers longeant les bords de l’Étang de Berre, il est toujours impossible sur plusieurs des communes le bordant, de circuler à pieds ou en vélo dans une continuité de passage. C’est afin d’éprouver cette difficulté et d’en souligner la déficience que nous vous proposons de partager en groupe ce parcours dans un moment estival.
9,7 km.


Pour accéder directement à notre adhésion
sur HelloAsso :



Résidences au Tétrodon saison 2024 :

Nous communiquerons dès février 2024 en détails les rendez-vous résidences du Tétrodon.

Vous pouvez retrouver les précédentes résidences durant une année entre
2021 et 2023 sur notre site web : passage-infranchi.org


Promenades PCPI 2023

Golfe de Fos-sur-Mer septembre 2011 ©C.Galatry

Anniversaire 2013 – 2023

En cette année 2023, l’association souhaitait célébrer ses dix années de balades publiques d’est en ouest depuis les rives de l’Étang de Berre jusqu’à Port-Saint-Louis-du-Rhône en passant au nord par Istres, St Chamas ou St Martin de Crau.
En marchant et revenant sur certaines de nos premières balades.
Aussi d’avril à novembre, nous avons partagé une série de six promenades, en compagnie sur chacune d’elles de connaisseurs.
Et emmenées par des artistes marcheurs en résidence au Tétrodon de Martigues à partir de mai prochain.

L’association reçoit un budget limité pour les résidences Tétrodon, nous sollicitons donc une participation de chacun pour ce cycle 2023.
Vous pouvez toujours souscrire (voir ci-dessous) à l’ensemble des promenades 2024 dès maintenant.

Toutes nos promenades sont à retrouver en détail sur notre blog : Sauf…(territoires)

Les Ressources du Paysage – 4 novembre

La promenade conçue par Fabrice FRIGOUT* après quelques jours d’explorations depuis le Tétrodon, offre un parcours littoral, entre le Jardin archéologique de Tholon, au sud du Tétrodon et du Cercle de Voile, et les reliefs boisés de Saint-Mitre.

Les participants appréhendent le paysage grâce aux outils du paysagiste : l’arpentage, la mesure, le relevé, le dessin…  de chercher à comprendre comment le socle minéral accueille l’eau, la végétation, quelles libertés de circuler ou d’habiter sont laissées aux humains comme aux éléments naturels. Promenade en boucle de 12km.

*Fabrice FRIGOUT, paysagiste et concepteur de promenades urbaines


Des bassines naturelles – 1er octobre

En marchant à partir de la gare de Fos-sur-Mer, avec Mar DEL CORSO*, nous avons suivie une ligne de crête offrant des vues prolongées de part et d’autre des étangs fosséens, permettant de comprendre cet environnement travaillé depuis des temps anciens par différents climats. Comment ces ‘bassines’ naturelles sont utilisé par l’industrie environnante et jouent-elles le rôle de zones humides. Nous terminerons cette balade à la gare de Rassuen. Promenade de 11km.

*Marc DEL CORSO, est géologue, et Conservateur du patrimoine à la Métropole marseillaise.


Rassuen – Ancien Salin. Histoire d’un étang… – 17 septembre

L’histoire de ce salin est complétement lié à celle de l’usine du même nom qui le borde. Abandonné depuis longtemps, il est aussi lié aux étangs de Lavalduc et d’Engrenier. Pourquoi et comment ce petit bassin artificiel est devenu un espace de plus en plus ‘naturel’, contribuant à en faire une zone humide, maintenant menacé par la sécheresse. Cette balade offre un avant à la proposition de Marc Del Corso sur des bassines naturelles à l’ouest de l’Étang de Berre. Balade de 4km en boucle.


Or noir, or bleu – 24 juin

Départ vers 19h30 de la MJC de Martigues dans le quartier Jonquière en empruntant le GR13 qui s’engage vers les hauts de ce quartier en limite de la ville.

La lecture de paysages la nuit est une expérience toujours singulière, c’est ce qu’a proposé PCPI en s’installant en hauteur face à l’Étang de Berre l’est d’autant plus par effet miroir. À cette hauteur d’images, l’enjeu serait d’apprécier par inversion des valeurs ce que représente cette lagune plutôt bleue, et noire la nuit, par contraste avec notre présence humaine, nos activités, leurs lumières de villes et sites industriels, marquées par la pétrochimie. Ainsi questionner notre regard et notre écoute nocturne. Philippe AUTRIC* nous parlera de son rapport à l’or noir (le pétrole) et à l’or bleu (l’eau). Balade aller / retour de 7km

*Artiste visuel, Philippe AUTRIC, travaille depuis plusieurs années sur un projet autour de l’étang de Berre appelé SHORE (www.shore.land)

Montée sur la plaine d’Éscourillon (Images : C.Galatry)

Or noir, or bleu sur Sauf…(territoires)


En zone shanghaïée – 3 juin

Depuis la plage Olga à Port-Saint-Louis-du-Rhône, nous longeons la darse III à partir du port céréalier avant de rejoindre et traverser dans une seconde partie la partie nord du marais en amont de cette darse, et toucher la plate-forme Géodis au bord de la D268. La rue de Shanghaïe.

Selon une pratique courante sur la côte ouest américaine de la fin du XIXe au début du XXe siècle, être « shanghaïée » se disait du matelot qu’on avait suffisamment saoulé pour qu’il embarque à son insu, complétant un équipage à destination des ports d’Asie. Avec le Rond-point de l’Asie pour épicentre, longeant l’avenue de Shanghai et ses plateformes logistiques, cette dérive nous fera tituber dans la partie la plus orientale du Plan du Bourg jusqu’à la frange irrégulière de la Darse 3. Pour accompagner le philosophe Matthieu Duperrex* en ce sol incertain, il y aura les cinéastes Hélène Robert et Jeremy Perrin. Balade de 7,5km

*Matthieu Duperrex est maître de conférence en sciences humaines à l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille. Son dernier livre s’intitule La rivière et le bulldozer (Paris, Premier Parallèle, 2022).

En zone shangaïée sur Sauf…(territoires)


Limite / sans limites péri-urbaines – 30 avril

Relier l’Étang de Berre au Golfe de Fos par les limites des villes de Martigues à Fos-sur-Mer. Comprendre les territoires à travers leurs étalements urbains

Cette traversée entre l’Étang de Berre et le Golfe de Fos nous permets de comprendre comment la ville s’organise dans ses limites et grignote peu à peu les espaces agricoles ou ‘naturels’ dans son étalement. Et comment elle distribue ou confine des espaces dédiés. Nous marchons aussi sur un projet vieux de quinze ans de contournement routier de la ville de Port de Bouc. Paysages et points de vues singuliers garantis.

Limites / sans limites sur Sauf…(territoires)


Aurore Salomon du marais à l'acier Emilie Allais Esther Salmona Fabrice Frigout homelab Jeff Silva Martigues Nicolas Memain Nicolas Mémain Nina Almberg Pauliina Salminen photographie Plastigo projet artistique promenades PCPI Sibylle Duboc Souad Mani stefan Heichhorn Trek tétrodon Virginie Rochetti ZIF

Novembre 2023 (Cycle Du marais à l’acier…et après ?)


Fabrice FRIGOUT

de Martigues à Saint-Mitre « Les Ressources du Paysage »

Fabrice Frigout, est paysagiste et concepteur de promenades urbaines. Sa promenade proposée après quelques jours d’exploration permis de parcourir le littoral, entre le Jardin archéologique de Tholon, au sud du Tétrodon et du Cercle de Voile, vers les reliefs boisés des reliefs de Saint-Mitre.

Cette promenade proposait aux participants d’appréhender le paysage grâce aux outils du paysagiste : l’arpentage, la mesure, le relevé, le dessin… chercher à comprendre comment le socle minéral accueille l’eau, la végétation, quelles libertés de circuler ou d’habiter sont laissées aux humains comme aux éléments naturels. Une promenade d’une douzaine de kilomètre aller / retour.

Du Tétrodon jusqu’à Loubière (Saint Mitre les Ramparts) aller retour
Image : C.Galatry 2023


Aurore Salomon du marais à l'acier Emilie Allais Esther Salmona Fabrice Frigout homelab Jeff Silva Martigues Nicolas Memain Nicolas Mémain Nina Almberg Pauliina Salminen photographie Plastigo projet artistique promenades PCPI Sibylle Duboc Souad Mani stefan Heichhorn Trek tétrodon Virginie Rochetti ZIF

Octobre 2ème partie (Cycle Homelab)


Nicolas MÉMAIN

Résidence 2 au 9 octobre
Résidence d’écriture (suite de 2021) et de marche pour une balade chanté
lors de la Fête du Tétrodon le 14 octobre

L’écriture d’une opérette en vue d’être chanté lors de la Fête du Tétrodon

Nicolas MÉMAIN, artiste marcheur, urbaniste rigolo. Habite Marseille.

Octobre 2023 (Cycle Homelab)


Esther SALMONA

Résidence 11 au 25 octobre

VISER
Le Tétrodon, module à destination de logement ouvrier se déplace, se transforme, fait peau neuve. Entre prototype et lieu d’expérimentation, la bascule s’opère.
VISER propose de faire du Tétrodon un appareil à vues, une machine optique, une lunette de visée, une camera obscura, un sténopé échelle 1/1.
À partir du module, de son espace intérieur, comment projeter le regard vers l’extérieur et inviter le paysage à l’intérieur. Qu’est-ce qui se joue à l’endroit même des ouvertures, avec le jeu et de déplacement des ombres et lumières, les projections, les reflets…
Une tension de surface, une membrane fait filtre, tamis, entre l’espace intérieur et l’espace extérieur : le paysage rentre, le regard sort. Autant de cadrages à inventer dans le mouvement du corps. Chaque espace, et partant chaque moment, chaque durée, peut devenir poste d’observation, de guet, d’affût, de lenteur.
Être dedans et regarder le dehors à partir de l’espace intérieur du Tétrodon. Viser.
Aussi, faire du module Tétrodon un point central, un axe, un moyeu, un pivot autour et à partir duquel circuler, explorer, tirer des lignes, parcourir les chemins possible, l’avoir toujours à vue, pour en faire apparaître le bassin versant. Le Tétrodon, un thalweg ?
Ces deux mouvement, en apparence opposés et symétriques, risquent, en faisant du Tétrodon leur cheville ouvrière, de renverser le paysage.

Atelier : repérage du BV (bassin versant). Milieu du temps de résidence.
Restitution : traverser le Tétrodon. Dernier jour de résidence.
Traces : un carnet des fenêtres. Une semaine après la résidence.

Installation dans le Tétrodon de l’artiste (©Esther Salmona)

Esther SALMONA est poétrice. Elle écrit sur ce que fait la perception au langage et à l’écriture. En avançant à partir du visage, de la voix, du corps, du paysage, des images, de leurs écarts, leurs silences ; à partir d’un je qui n’en est pas un, se déplaçant sans cesse : ajustements, focales, flous, précision, plans successifs, traversées par la bande. Parmi ses outils, filtres, leviers : la transduction, l’évidance1, la spectroralité2. Ses activités, ateliers, pratiques sonores et d’image, publications en revue papier et numériques 3, dans des ouvrages collectifs et de livres (Quads, les éditions précipitées 2012, Amenées, Éric Pesty éditeur, 2017) témoignent de cette recherche.
Elle enseigne à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles depuis 2007 et organise des ateliers d’écriture en déplacement, dans des cadres et avec des publics hétérogènes.

1 https://remue.net/Esther-Salmona-evidance
2 https://spectroralites.blogspot.com
3 RoTor, KaZak, Revue Laura, D’ici là, Les cahiers de Benjy, Fond Commun, CCP, 17 secondes, fig., SILLO, Ce qui secret, PLI, l’Air Nu, Teste, Muscle, Chimères, C.O.I., Nioques…

Projet en cours :
PZ, station mobile d’écriture d’écoute, avec Acoustic Commons et
Locus Sonus.

Des mots et des sons, émission de juin 2021 sur Fréquence Mistral.
Article de Céline Minard sur Amenées dans Le Monde des Livres,
novembre 2017.

Fiche Esther Salmona, sur le site du cipM.

Le blog d’Esther Salmona à l’issue de sa résidence :
Quant à la lumière,

SEPTEMBRE 2023 (Cycle Du marais à l’acier…et après?)


Sibylle DUBOC

Résidence 18 au 29 septembre

“Les fossiles pétro-chimiques du site d’Étang de Berre une archéologie à rebours”
Relevés au microscope de matières de la zone autour du site du Tholon mélangés avec des vues aériennes de la zone de l’Etang de Berre, images finales tirées à l’argentique dans le Tétrodon.
Le Tétrodon devient alors le laboratoire d’apparition des images réalisées durant la résidence. Une restitution de ces recherches se propose d’être exposée, constituée d’un mélange de photographies qui mettront en exergue la pollution chimique des eaux et du sol, ainsi que ses répercussions sur l’écosystème local.

Les outils de Sibylle, ordinateur, microscope mobile,
cuvette révélateur, pinceau et calques.
Intervention de Sibylle DUBOC lors de la Tête du Tétrodon le 14 octobre

Sibylle DUBOC est une artiste plasticienne diplômée en 2018 d’un Master pratique et théorie des arts-plastiques de l’Université ALLSH d’Aix-Marseille. Sa pratique mélange expérimentations photographiques et sculpture, elle travaille sur le lien entre l’image virtuelle, l’archéologie et l’Anthropocène. Elle mène depuis plusieurs années un projet autour des Fossiles photographiques dont la démarche s’appuie sur une fabrication artisanale des images à partir de photographies numériques, nous conduisant à reconsidérer notre rapport au visible et à notre perception spatio-temporelle du monde sensible.
Elle a réalisé sa première exposition personnelle à la galerie Catherine Bastide Projects en septembre 2019 et a participé à de nombreuses expositions collectives à Marseille et dans sa métropole.



Aurore Salomon du marais à l'acier Emilie Allais Esther Salmona Fabrice Frigout homelab Jeff Silva Martigues Nicolas Memain Nicolas Mémain Nina Almberg Pauliina Salminen photographie Plastigo projet artistique promenades PCPI Sibylle Duboc Souad Mani stefan Heichhorn Trek tétrodon Virginie Rochetti ZIF

JUILLET 2023 (Cycle Homelab)


Pauliina SALMINEN + Collectif deux bis / Déclencheur

La résidence de Pauliina SALMINEN, artiste vidéaste vient s’inscrire dans la démarche d’un collectif de photographes et vidéastes réunis autour de la notion photographique du mot ‘déclencheur’.
Dans ce cadre la vidéaste développe des expériences prometteuses qu’elle développe dans un rapport frontal au paysage vu depuis le Tétrodon.

Projet : Explorations micro-archéologiques
Soudain, le son du déclencheur nous surprend, un petit bruit indique la pression sur le bouton de l’appareil, l’acte photographique a eu lieu. Le déclencheur, bouton qui crée un instant mécanique intermédiaire, relie ce que l’on observe à ce que l’on enregistre. Le travail artistique est un travail de longue haleine, ponctué par des micros moments de plaisir lorsque une recherche bascule vers une œuvre. Le déclencheur est une forme matérielle (bouton), un dispositif qui déclenche un mécanisme. Il peut aussi être un temps intermédiaire ou un lien de passage, tout comme une impulsion. Ce projet, sous la coordination du collectif DEUX bis, réunit cinq artistes du territoire marseillais avec des écritures photographiques plurielles qui mêlent vidéos, installations et œuvres participatives autour de cette notion commune. Le projet est évolutif et se développe autour d’échanges et d’expérimentations. Après une première exposition à la galerie Territoires Partagées à Marseille en 2022 le groupe à réalisé une résidence avec une restitution et table ronde à Dos Mares. Un séjour en Tunisie et des rencontres avec des artistes et étudiants d’art locaux aura lieu au printemps 2023, dans le but d’élargir le projet vers un volet international.
Le groupe souhaite réaliser un temps de travail au Tétrodon en été 2023 (pas nécessaire de loger tous les artistes) afin de réfléchir sur les convergences des démarches individuelles de chacun et de développer la suite du projet.
Porteur de Projet : Image Clé. Avec le soutien de la Région Sud, la Ville de Marseille et l’Institut Français.
Artistes Driss Aroussi, Patricia Boucharlat, Fleur Descaillot, Mohammed Laouli, Pauliina Salminen

Déclencheur 1 ©Pauliina Salminen


AOÛT 2023 (Cycle Du marais à l’acier…et après ?)

Virginie ROCHETTI

Résidence du 31 août au 10 septembre

Nourrir, nettoyer, habiter

Je m’intéresse depuis longtemps aux endroits portants, par leur géographie particulière, les stigmates du déséquilibre que nous avons instauré dans les écosystèmes. Dans ces lieux où se confrontent souvent des milieux naturels spectaculaires, des industries phénoménales, et la vie humaine dans toutes ses dimensions, je cherche les prémices et les signes de reconstruction d’une relation apaisée des humains avec leur habitat.
L’étang de Berre, la Crau (seule steppe d’Europe occidentale), les paysages de mon enfance, sont au cœur de mes préoccupations en tant qu’artiste attachée à rendre visibles et sensibles ces problématiques.
Je souhaite initier un travail de recensement des petites plantes présentes dans les interstices de la cité, entre les bords de l’étang et les bords des routes, créer un herbier d’échantillons et de dessins, géolocalisés, comme stations d’un cheminement possible sur les traces du sauvage du cœur même de la ville et jusque dans la Crau, passant de l’humide au sec, de l’urbain au campagnard, de l’étang aux canaux.

Virginie ROCHETTI est diplômée de l’ENSAD de Paris, et formée dans l’atelier de Richard Peduzzi pendant 4 ans, j’ai, en tant que scénographe toujours mélangé les techniques au sein de créations de groupes pour parler du monde, de nos relations les uns avec les autres, avec les autres vivants. De la vidéo à l’installation scénique, j’ai travaillé pendant 15 ans avec Jacques Rebotier dans la compagnie voQue à créer des spectacles/liens, des mélanges improbables entre musique, poésie, cirque, danse, participation du public, visites bizarres et lieux étonnants (catacombes de Paris, dessous du pont Louis Philippe, petite ceinture, Flèche d’Or, la Ferme du bonheur de Nanterre, mais aussi au Théâtre National de Strasbourg, au Théâtre des Amandiers de Nanterre, au Théâtre National de Chaillot, à l’IRCAM, au Centre Pompidou de Paris, à la Friche de la Belle de Mai, au TGP de Saint Denis, à la Chartreuse de Villeneuve les Avignons etc…) Ce travail de spectacle/visites s’accompagnait toujours de rencontres, d’ateliers, de partage avec les différents publics. […] Du mapping/VJing vidéo à la broderie numérique et aux installations plastiques, mes pratiques sont aussi diverses que mes curiosités et que le monde multiple qui m’entoure. Les thèmes climatiques et les nouveaux paradigmes du vivant liés à une forte conscience des enjeux sociaux tels que pensés entre autres par Donna Haraway, Bernard Stiegler ou Vinciane Desprets sont au centre des mes projets.



Aurore Salomon du marais à l'acier Emilie Allais Esther Salmona Fabrice Frigout homelab Jeff Silva Martigues Nicolas Memain Nicolas Mémain Nina Almberg Pauliina Salminen photographie Plastigo projet artistique promenades PCPI Sibylle Duboc Souad Mani stefan Heichhorn Trek tétrodon Virginie Rochetti ZIF