par ce passage, infranchi...

 
  1.   Promenades

  1.   Résidences

  1.   Débats

Sauf… (territoires)


Port-de-Bouc



Résidences au Centre Fernand LEGER de Port-de-Bouc

Lieux : en bordure du chemin côtier de Port de Bouc

Histoire : Ancien château de l'entreprise 'Saint Gobain'

Position GR2013 : le long


Avril


Martial VERDIER

Photographe plasticien



































































































Martial Verdier

Les œuvres de Martial Verdier inscrivent la dissolution du motif au cœur du processus de leur fabrication. Pour cela, Martial Verdier a recours à un procédé datant des origines de la photographie, le calotype. Cette technique se caractérise par l’élaboration d’un négatif papier reproductible. L’utiliser aujourd’hui ne signifie en rien un désir de retour aux origines et un refus des techniques actuelles. Tout au contraire, il s’agit de rendre compte du questionnement sur « l’évidence » de l’image photographique.(...) Ses œuvres récentes traquent certains aspects des paysages qui sont les nôtres aujourd’hui. Nos paysages sont peuplés de créatures inquiétantes et angoissantes, centrales nucléaires ou centres pétrochimiques. Le choix de ces motifs permet à Martial Verdier de conférer au geste de dissoudre une puissance nouvelle, celle de relier dans l’image les aspects les plus secrets de nos processus mentaux et de nos attitudes psychiques avec les réalités les plus grandioses et les plus dangereuses de notre modernité. Il nous donne ainsi à voir la manière dont agissons dans le monde, en créant des « formes » et des « choses » qui sont en fait mortelles et destructrices. Le geste de dissoudre renverse la temporalité de l’image puisqu’il nous montre notre avenir au présent.Jean-Louis Poitevin, Paris 2009.

http://www.groupenovembre.com/Verdier/martial.html



>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Calendriers des résidences

Dates des rencontres Marseille –Provence 2013 : restitutions complètes ou partielles

11-12-13-14 avril 2013

Martial VERDIER

Sabine MASSENET



>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>











 

Micro-résidences 2013

>> Blog sur la série de Martial Verdier sur Fos 2012-2013

Coproduction Marseille Provence 2013, Capitale européenne de la culture

Fos-sur-Mer novembre 2012 - résidence Martial Verdier janvier - avril 2013

© Martial Verdier 2012

Transitions, frontières, limites et franges

Ne pas être dans une catégorie, mais entre deux. Explorer ce qui se passe "entre", entre photo et peinture, entre figuration et abstraction…

Memento mori

Vanitas vanitatum et omnia vanitas. Le terme traduit traduit de l'hébreux par « vanité » signifie littéralement « souffle léger, vapeur éphémère ». Comme les nuages de fumée qui montent des torcheres de Lavera, comme les immences volutes de vapeurs qui s 'échappent d'Arselor.

Un travail sur le temps

Le temps de pose du calotype est très long, il permet de rendre un instant de vie. Loin de l'instant parfait dans une photo de la vie qui s'écoule, dans le flou et la disparition. La photo est l'art de l'imparfait.

Si mes images évoquent le passé, elles questionnent le présent, le futur et le temps qui passe.

Monstres, monstrare, travail sur l'image

Aujourd'hui une recherche sur le paysage industriel, Monstres fascinants, monstres symboliques, qui échappent.

C'est une image jamais l'objet que l'on montre.

Paradoxe de la photographie, entre l'anecdotique du sujet et l'image regardée.

Ces photos ne sont qu’un constat, elles ne sont que l’expression d’une fascination devant ces objets fantastiques, comme venant d’un autre monde. Si j’emploie quelque fois le terme de monstre c’est dans le sens de « monstrare », comme ces monstres de foire, montré sur une scène parce que l’on ne peut pas les voir ailleurs. Montrer ce qui ne peux pas être vu. La masse architecturale, l’emprise foncière, la puissance contenue, le risque, les fantasme qui les entourent, en font des héros tragiques que je mets donc en scène.

La technique :

Le calotype (papier ciré sec) Inventé par W. H. Fox Talbot en 1840 Intérêts : Un temps de pose très long (15 mn) Un rendu graphique très particulier Un décalage part rapport au sujet qui créé une sorte d’uchronie de la repré- sentation. Aujourd’hui je scanne pour travailler la couleur qui apparaît dans les défauts du procédé et de la numérisation. La numérisation permet des tirages sur une multitude de supports (bâches, toiles...) et des formats (1 x 2 m) impossible avec la technique argentique traditionnelle.

En savoir plus dans la revue TK-21 : Nous sommes les seigneurs de l’apocalypse

  1. Liens